ジャンヌ・シェラル – Une tonne 動画・歌詞

de | 29 mars 2017

Jeanne Cherhal
Une tonne

  1   Une année j’ai pesé une tonne
  2   Et cette année dura mille jours
  3   Jamais on n’avait vu d’automne
  4   Si long et de printemps si court
  5   Tous les jeudis du Desdémone
  6   J’allais oublier mon corps lourd
  7   En noyant ma large personne
  8   Dans des bains brûlant mes pourtours
  9   Dans la chaleur du Desdémone
 10   J’étais sexy belle et glamour
 11   Mais à heure fixe et monotone
 12   Mon paradis fermait toujours
 13   Alors je rentrais pauvre conne
 14   Dans mon deux-pièces aveugle et sourd
 15   Et j’allongeais ma pauvre tonne
 16   Dans du velvet et du velours
 17   Sur la voix de Nico Icon
 18   De ma peau je faisais le tour
 19   Avant de noyer ma bonbonne
 20   Dans un gras sommeil de tambour

 21   J’étais une tonne qui n’aimait personne

 22   L’année suivante j’ai maigri
 23   Puis j’ai repris huit-cents kilos
 24   Que j’ai perdus presque à demi
 25   Pour les regagner à nouveau
 26   C’était l’époque où à midi
 27   Je déjeunais de queues d’agneau
 28   J’en avalais des panoplies
 29   Et je dégueulais en sanglots
 30   Souvent le soir un vieil ennemi
 31   Venait m’escalader le dos

 32   Et moi montagne blasée d’ennui
 33   Je le laissais faire son boulot
 34   À plat ventre sur mon grand lit
 35   J’étais offerte à ce nabot
 36   Il ruait je disais merci
 37   Il jouissait je disais bravo
 38   Quand enfin il était parti
 39   Je me repassais ma Nico
 40   Et dans le noir post coïti
 41   Je consolais mon corps trop gros

 42   J’étais une tonne qui n’aimait personne

 43   Il y a un an à ras de terre
 44   J’allais énorme et sans désir
 45   Faire des parties de solitaire
 46   En buvant trop et sans plaisir
 47   Dans un café presque désert
 48   M’est apparue entre deux kirs
 49   L’image d’un type ordinaire
 50   Qui m’a regardée sans frémir
 51   Comme un hélium dans mes artères
 52   Il est entré sans prévenir
 53   Et moi montagne blasée hier
 54   Je me suis vue naître et mourir
 55   Il resta et les jours passèrent
 56   Je l’adorais à en maigrir
 57   Plus ses mains caressaient ma chair
 58   Plus je sentais ma tonne me fuir
 59   Aujourd’hui mon beau mon si cher
 60   Grâce à toi enfin je respire
 61   Mon obésité suicidaire
 62   N’est plus qu’un mauvais souvenir